La base de Florennes accueillera les premiers F-35

Didier Reynders, Ministre de la Défense, annonce 300 millions d'euros pour améliorer nos infrastructures

La base aérienne de Florennes dans l’Entre-Sambre et Meuse sera la première – avant celle de Kleine-Brogel (Limbourg) – à accueillir, à partir de 2025, les nouveaux avions de combat furtifs F-35 commandés l’an dernier à 34 exemplaires, a annoncé jeudi le ministre de la Défense, Didier Reynders.

 

Les huit premiers chasseurs-bombardiers, construits par le groupe américain Lockheed Martin, seront livrés en 2023 et 2024 aux États-Unis pour servir à la formation des pilotes, probablement en Arizona (sud-ouest des Etats-Unis), selon le commandant de la composante Air, le général-major Frederik Vansina.

 

«L’arrivée physique des F-35 aura lieu en 2025 à Florennes», a indiqué M. Reynders à la presse, à l’occasion d’une visite à la composante Air de l’armée belge, avant d’effectuer un vol d’une heure en F-16 biplace et de participer, de l’intérieur, à une interception simulée d’un avion civil ne répondant plus aux injonctions du contrôle au sol.

 

Ce n’est qu’en 2027 qu’arriveront les premiers F-35 Lightning II sur l’autre basede chasse de la composante Air, Kleine-Brogel, avec des livraisons qui se termineront en 2030, date prévue du retrait des derniers F-16, précisément des biplaces.

 

Le gouvernement Michel a approuvé le 25 octobre dernier trois programmes majeurs d’achats militaires, dont l’emblématique remplacement des F-16 par 34 F-35 Lightning II du groupe Lockheed Martin, dans sa version A, à décollages et atterrissages classiques, à partir de 2023. Les deux autres portent sur deux systèmes de drones Male (Medium Altitude, Long Endurance) de type MQ-9B Sky Guardian de la firme américaine General Atomics et la concrétisation d’un «partenariat stratégique» avec la France pour l’acquisition de 442 véhicules blindés Griffon et Jaguar pour rééquiper les unités de combat de la composante Terre.

 

Pour accueillir les F-35 et les MQ-9, la base de Florennes nécessitera des travaux pour améliorer ses infrastructures - parfois vieillissantes - à hauteur de quelque 300 millions d’euros. Il faudra l’adapter à l’arrivée à la fois des nouveaux avions et de quatre drones MQ-9B SkyGuardian à partir de 2023.

 

Ce montant comprend toute une série de travaux d’aménagement dont la base avait de toute manière beoin, comme le mess      - hérité de la présence des missiles de croisière américains sur la base. Elle abrite le 2ème wing tactique et ses deux escadrilles de combat (la 1ère et la 350ème) ainsi que la 80ème escadrille UAV, qui passera du drone B-Hunter obsolète au SkyGuardian, un «avion piloté à distance» de l’envergure d’un Boeing 737.

 

Selon un spécialiste du dossier, un montant d’environ 150 millions d’euros ira à des travaux d’aménagement similaires de la base de Kleine-Brogel, réputée - même si les confirmations sont rares - abriter une vingtaine de bombes nucléaires américaines de type B-61, une présence une nouvelle fois dénoncée jeudi par la Coalition belge contre les armes nucléaires.

 

M. Reynders, qui est également ministre des Affaires étrangères, a en outre annoncé que la base aérienne de Florennes devrait recruter «plusieurs centaines de personnes» au cours des prochaines années - «une centaine environ par an», dont des civils - pour à la fois combler les départs à la retraite et rajeunir les effectifs, en assurant une sécurité accrue, une exigence des Américains pour la mise en oeuvre des F-35A et des MQ-9B.

 

Il a également évoqué la possibilité de doter la base de Florennes d’une crèche pour assurer une meilleure qualité de vie aux militaires et aux civils qu’elle emploie.

 

La question est à l’étude au sein de l’Office central d’Action sociale et culturelle (Ocasc) de la Défense, a précisé M. Reynders. Il a rappelé son souhait d’attirer davantage de femmes à l’armée alors qu’elles représentent actuellement quelque 8% des effectifs. Il a notamment rencontré à l’issue de sa visite l’une des cinq pilotes féminines que compte la composante Air.

 

Source : Agence Belga